MPCT - Mouvement pour la Paix et contre le Terrorisme
Accueil du site > 07. Articles > LE HEZBOLLAH A LA SORBONNE

LE HEZBOLLAH A LA SORBONNE

dimanche 13 décembre 2009, par MPCT

Le Hezbollah à la Sorbonne, le Hezbollah a tribune à la Sorbonne, le Hezbollah aurait-il la Sorbonne ?

Me voilà prévenu alors je veux vérifier. Ce serait une initiative des « Indigènes de la République » sur le thème « Gaza, un an après ». Pourquoi pas ? Que les Palestiniens souffrent, que des hommes soient victimes de l’Histoire, personne ne le nie mais de qui sont-ils les victimes, personne non plus ne se pose la question. Personne ne parle de l’exploitation politique de cette souffrance, ni de la création d’un statut d’éternels réfugiés transmissible légalement de père en fils quelque soit le lieu de naissance, statut d’exception dont la récente mise en danger par certains au Liban proposant enfin à ces réfugiés dans ce pays une nationalité libanaise a provoqué l’ire d’Abou Abbas.

Après tout, pourquoi pas un débat à la Sorbonne, c’est le lieu des débats mais pourquoi avec un représentant du bureau politique du Hezbollah et une militante forcenée pour la suppression du Hamas de la liste européenne des organisations terroristes ?

Pourquoi mettre à la tribune du lieu de l’étude et de la tolérance les êtres les plus intolérants qui appellent, et justifient sans cesse, au meurtre aveugle de civils partout dans le monde au nom de leur perception du divin et de leurs haines. La Sorbonne a accepté de les recevoir malgré parait-il des mises en garde dont celle du MPCT sur la présence de personnages sulfureux ; ils ne sont pas interdits de territoire français. Je pense au règne sur l’intelligentsia internationale de Martin Heidegger qui adhéra en 1933 au parti nazi et ne s’en repentit jamais…

Je suis prévenu donc je veux voir, j’y vais. Mes amis du MPCT le souhaitent. Il faut voir, rencontrer, échanger. Les indigènes ne sont-ils aussi pas mes frères ? C’est un samedi froid à Paris. Personne n’a vraiment envie de m’accompagner. Craintes et préjugés. Craintes sûrement, on ne va pas à une telle rencontre sans craintes, elles seront malheureusement justifiées. Quelques policiers à l’entrée de la fac de droit de la place du Panthéon. Le service d’ordre local à l’intérieur est pléthorique, c’est plutôt rassurant. Néanmoins, il représente près du tiers des participants, ses membres arborent T shirt, veste ou simplement badge au chiffre du Mouvement des « Indigènes ». Ils sont très attentifs. La salle se remplit lentement de foulards serrés sous le menton ou de keffieh en écharpe enroulée autour du cou. L’atmosphère n’est pas très chaleureuse, seuls quelques groupes ont l’air de se connaître.

Je ne vois personne de ma connaissance. Qui n’a jamais été dans une telle situation ne sait ce qu’est la solitude ; une solitude au cœur d’une marée en tempête sourde qui semble n’avoir pour seule fin que détruire. Il y a là un mélange des radicalismes religieux et de quelques pseudo prolétariens universitaires qui eux devraient être antireligieux. Que viennent chercher ces auditeurs ? L’expulsion d’un cancer non musulman (c’est ce qui se dit dans les travées), la possibilité d’une soumission qui évite toute réflexion, tout choix et partant toute liberté. Je me sens subitement un corps étranger à la Sorbonne qui avait été le symbole d’une culture de l’ouverture et de la tolérance.

Mme Germain, directrice de cabinet du Président Colliard est en haut de l’amphi pour s’assurer du respect de l’ordre, elle a l’air inquiète. L’amphi de 250 places est aux 3/4 plein. A l’entrée de l’amphi un tract avait été distribué : « ma dette palestinienne ». En attendant je lis le tract. Je suis effaré : Sos racisme y est décrit une imposture, les manifestations pro palestiniennes seraient interdites en France, on y parle de la transformation du Mouvement des Indigènes de la République (MIR) en Parti des Indigènes de la République (PIR) pour défendre leurs sœurs et frères de Palestine entre Jourdain et Méditerranée… le pire est en marche, pas de mine d’arrêt, tout est dit.

Les allocutions commencent. D’abord le responsable de sécurité explique comment évacuer la salle en cas d’incident… la paranoïa est totale. Les portes du bas sont réservées aux seules intervenant, le membre du bureau politique du Hezbollah, Ali Fayad, le représentant du Parti islamo nationaliste du Liban (sic), et Nadine Rosa Rosso, fervente défenseur de la légitimité du Hamas, un intervenant de l’IHEDN (l’institut des hautes études de défense nationale française) etc… Les autres, nous tous, les auditeurs de la bonne parole, devront sortir par en haut. La cohue organisée.

Au cœur de l’assistance une jeune femme se lève, seule, pour dénoncer la présence de représentant de mouvements terroristes à la Sorbonne. C’est Arielle Schwab, la présidente de UEJF (union des étudiants juifs de France), cinq ou six autres membres de son association se lèvent aussi, silencieux, en signe de soutien. Elle prononce des propos calmes et forts sur la Sorbonne lieu d’ouverture, de débat, voire de contestation mais qui doit se prémunir des logiques de haine. Elle dit qu’il lui est intolérable que l’Université accueille des membres ou soutiens d’organisations terroristes tels que le Hamas et le Hezbollah, qui prônent et mettent en œuvre l’assassinat de civils. Tout dégénère très vite. Les nombreux membres du service d’ordre se jettent sur elle et ses amis, les agrippent, les soulèvent et les expulsent manu militari. L’un d’entre eux violemment secoué a sa chemise entièrement déchirée. Juste devant moi, un photographe qui n’avait rien dit se voit intimer l’ordre de sortir ; un autre, un peu plus loin dit « pourquoi tu me sors, tu trouves que j’ai une tête de Juif ? ». Quelques femmes effrayées du débordement sortent apeurées. Je sors aussi pour rencontrer les exclus et m’assurer qu’il n’y a pas de blessé ; réflexe de médecin. Madame Germain avait disparu, elle revient avec un pompier.

Je retourne dans la salle pour entendre ce que je voulais écouter. Deux solides gaillards s’assoient à chacun de mes cotés. Je me propose de prendre des notes. La modératrice couvre longuement de fleurs Ali Fayad qui commence par remercier la direction de la Sorbonne pour son invitation. La direction de la Sorbonne est piégée… Il appelle l’incident : répression de la contestation et de la parole (à son égard, pas à celui des exclus) et affirme qu’il est la même chose qu’une action armée, que c’est l’équivalent d’un massacre. Il dit qu’il s’agit ici d’un test de validité de ses propres valeurs et de celles de l’auditoire. Il est applaudi. Il clame que les Palestiniens (dont la population ne cesse de croître fort heureusement) vivent une guerre d’extermination… il n’y aura évidemment pas un mot pour le massacre des Musulmans du Darfour dont Abou Abbas appelle frère l’assassin. Ces contrevérités d’un discours devenu convenu m’invitent à quitter les lieux. Je suis gentiment accompagné jusqu’à la porte et on me demande si j’ai bien pu écrire.

Il n’y a plus de dialogue à la Sorbonne.

Richard Rossin

Ancien Secrétaire Général de Médecins sans Frontières

Membre du MPCT

Mpctasso.org - © 2013 Tous droits réservés | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0