MPCT - Mouvement pour la Paix et contre le Terrorisme
Accueil du site > 07. Articles > Attentat de Jérusalem : les jours d’après

Attentat de Jérusalem : les jours d’après

dimanche 27 mars 2011, par MPCT

Mary Gardner a été tuée le 23 mars dans l’attentat de la gare routière de Jérusalem.

Mary Gardner était une Britannique, chrétienne évangéliste, enseignante et traductrice de la Bible, installée depuis 20 ans dans un petit village du Togo. Humaniste et infatigable, elle était venue suivre une formation en hébreu à Jérusalem. (1)

Grièvement blessée dans l’attentat du 23 mars elle a succombé à ses blessures.

Trente personnes ont été blessées, certaines très gravement.

Reuters a rendu compte ainsi de l’attentat :

"La police a dit qu’il s’agissait d’une "attaque terroriste", termes employés par Israël pour désigner une attaque palestinienne".

C’est stupéfiant, absurde et alarmant.

Une bombe placée près d’un gare routière a une cible civile, elle vise à l’évidence les passagers, les passants et le personnel de transport.

C’est OBJECTIVEMENT un acte terroriste, dont la qualification n’a rien à voir avec la nationalité des uns et des autres ou avec un choix subjectif de terminologie.

De par le monde le terrorisme tue des milliers de civils, dont la plupart restent hélas anonymes, en blesse des dizaines de milliers et affecte la vie de centaines de milliers de personnes.

L’ampleur du problème est telle que parvenir à l’endiguer est un enjeu majeur. C’est un combat difficile que la société civile devra mener.

Les médias ont un devoir d’information sur les attentats et sur leurs victimes, largement ignorées, qui ne peut s’accommoder d’une approche relativiste du terrorisme.

A nous de le leur rappeler.

Nous reproduisons ci-dessous la traduction en français du texte posté sur leur blog par Frimet et Arnold Roth après l’attentat.

http://thisongoingwar.blogspot.com/2011/03/25-mar-11-carnival-moves-on-victims.html

Refusant la froideur des bilans chiffrés, ils s’intéressent aux individus et se penchent sur la situation réelle des blessés.

En 2001 les Roth ont perdu Malki, leur fille de 15 ans, lors d’un attentat dit "suicide" commis dans une pizzeria de Jérusalem.

On imagine à quels souvenirs terribles les renvoient les sirènes qui hurlent après un attentat.

Arnold Roth est le partenaire israélien de l’Alliance Internationale Contre le Terrorisme.

Huguette Chomski Magnis

(1)http://www.guardian.co.uk/world/2011/mar/24/jerusalem-victim-british-bible-translator?INTCMP=SRCH

LE CARNAVAL CONTINUE, LES VICTIMES DEMEURENT

Par Frimet et Arnold Roth

Nous savons, d’expérience personnelle, combien une attaque terroriste peut bouleverser votre vie. L’attention du monde extérieur - médias peut-être ; amis et voisins ; officiels gouvernementaux et personnages publics - apparaît et disparaît, parfois en un flash. C’est dans la nature de nos sociétés éclairs

L’attentat de mercredi, à l’arrêt de bus, est déjà passé . Photographes, poseurs de gerbes et politiques en visite sont repartis. Le bilan a été résumé : une morte, quelque 30 blessés dans une explosion que personne n’a revendiquée mais que beaucoup ont saluée (à Gaza la branche militaire du Djihad a dit qu’elle elle était enchantée de l’attaque). Les politiciens l’ont condamnée en termes les plus forts et se sont intéressés aux prochains points de leur agenda.

Grâce à l’écrivaine Naomi Ragen nous avons une liste (que nous avons éditée), liste des noms des victimes qui, elles, n’ont pas « poursuivi leur route », et qui se trouve ci-dessous :

Le terme laconique « blessé » ne peut évoquer ce qui leur a été fait, à eux et au cercle de leur familles et amis, éprouvés dans leur affection. Le mot victime n’apporte pas non plus d’explications aux consommateurs de nouvelles , à des lieues de la peur, de la douleur, et de l’impact créés par le choc de la vague d’attaques sur les vies d’énormément plus de gens que ceux de la liste. et c’est justement ce que les terroristes - quelque soit le lieu où ils opèrent - désirent. Il n’ont aucun but stratégique autre que la terreur. Il n’y a pas de victime innocente, pas de victime prise entre deux feux ou se trouvant au mauvais endroit, au mauvais moment. Les victimes sont la cible. La cible c’est toujours l’innocent. Voilà pourquoi il faut stopper le terrorisme et ce, par tous les moyens possibles. Il faut tout faire et ce, pour nous tous. Ne pas le reconnaître c’est exactement ce que nous (pas seulement les habitants de Jérusalem ni les Israéliens) payons un prix qui augmente sans cesse par l’impact d’une terreur incessante.

Les victimes de mercredi à Jérusalem qui sont encore à l’hôpital ( leurs noms en hébreu se trouvent disponibles si vous avez envie de les inclure dans vos prières) :

- Adi : 18 ans, en terminale. a eu de légères blessures orthopédiques. Il est à l’hôpital en bonne condition.

- Daniel : a reçu éclats d’obus et déchirures aux membres inférieurs . Il devrait rentrer chez lui avant shabbat.

- David : propriétaire de la sandwicherie proche de l’arrêt d’autobus. La tlévision israélienne a montré le coup de téléphone, à faire froid dans le dos, qu’il a donné à une ligne d’urgence de la police pour leur notifier qu’une valise suspecte se trouvait à proximité de sa baraque et demandant aux gens tout autour de partir. Mais comme nous l’avons entendu plus tard lorsque la bande est repassée, la valise a explosé en plein milieu de son coup de téléphone. Il a été blessé aux jambes, aux pieds ainsi qu’au bas-ventre. Il n’est pas en très bonne condition.

- Elchanan : 14 ans a des blessures sérieuses aux pieds. Une cheville et trois de ses doigts de pied ont été écrasés. Il a été opéré et aura besoin de l’être encore ; il restera certainement à l’hôpital au moins deux ou trois semaines.

- Leah Bracha : Jeune fille de 19 ans, en séminaire, a été brûlée aux jambes et au bras et est très fortement choquée.

- Natan Daniel, étudiant de 17 ans est très gravement blessé. Il souffre de blessures et on a dû lui enlever plusieurs organes internes.

- Netanel : garde de sécurité à l’arrêt de bus a été blessé à l’abdomen et reste hospitalisé après opération.

- Odelia : a reçu de très graves blessures à la tête et se trouve en soins intensifs. Sa vie est encore en danger.

- Sasson : c’est la deuxième fois qu’il est blessé dans une attaque terroriste à Jérusalem. Il souffre de blessures dans les parties inférieures du corps ainsi que de symptômes post-traumatiques très sérieux. Sa femme Nechama est enceinte de leur cinquième enfant et souffre de panique et de peur.

- Shilo : 15 ans souffre de brûlures et de fractures aux jambes et dans le bas de l’abdomen. Il est sous sédatifs en soins intensifs.

- Shaindel : En séminaire, (après lycée) jeune fille qui étudie en Israël cette année. Elle a été opérée la nuit dernière.

A notre connaissance, aucune de ces personnes n’a été décrite ou mentionnée dans les médias courants. C’est généralement le cas après une attaque terroriste. Les statistiques publiées (un mort, X. blessés) ne disent rien de ce qui s’est passé dans leur vie, et déjà l’attention se porte sur autre chose.

Mais si nous ne saisissons pas la dévastation que les terroristes ont entrepris de semer, nous allons nous demander pendant longtemps "Comment avons-nous pu permettre que cela se répète sans cesse ?"

25 mars 2011

Traduction : Danielle Lévy

Mpctasso.org - © 2013 Tous droits réservés | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0