MPCT - Mouvement pour la Paix et contre le Terrorisme
Accueil du site > 07. Articles > La double peine de Redecker

La double peine de Redecker

lundi 5 février 2007

Obligé d’entrer en clandestinité pour crime d’opinion, Robert Redeker vient de publier le récit de son enfermement (1).

La lecture du journal de ce condamné nous révèle les nombreuses erreurs que la France commet à chaque fois qu’elle doit affronter une attaque terroriste :

1) La peur de désigner le vrai coupable

Alors que la polémique a très vite été détournée contre Robert Redeker, on est en droit de se demander pourquoi personne n’a jamais parlé de l’affaire Youssef al-Qaradawi, car cet homme qui fait office de prédicateur influent sur al-Jazeera (une tv commerciale qui vend à l’Islamisme du temps de cerveau humain disponible) est le vrai responsable de « l’affaire ». Robert Redeker aurait continué librement à s’exprimer sans que personne ne s’en offusque si ce prêcheur ne l’avait déclaré comme « l’islamophobe du moment », ce qui veut dire aujourd’hui chez de nombreux musulmans extrémistes... : tuez le !.

Il n’y a jamais eu d’affaire Redeker, lorsque ce professeur de philosophie écrit un article (2) dans la rubrique opinion d’un journal français, rien dans son propos n’enfreint les lois de la République. On est bien loin des tribunes politiques injurieuses contre des partis ou des églises imprimées dans la presse du XXème siècle ... rappelez-vous, c’était il y a une éternité !

Redeker parle, écrit et pense selon ses convictions comme un intellectuel libre... enfin, c’était avant, avant que Youssef al-Qaradawi, chef spirituel de Frères Musulmans, chef du « conseil scientifique » de l’Institut européen des sciences humaines (3), centre de formation d’imams pour l’Europe - dans la Nièvre, en France ! - ne le désigne comme le nouveau Théo van Gogh. Il faut savoir que désormais notre pays est sous surveillance, que des flics de la pensée islamiste veulent corriger nos lois par la force et peuvent compter pour cela sur la collaboration de beaucoup de gens en France.

Al-Qaradawi, déclenche la mise à mort et en porte la responsabilité. Pourquoi personne n’a porté plainte contre lui ? Il faudra bien un jour défendre nos libertés contre ces actes de terrorisme de manière juridique et internationale.

Parler d’une affaire Redeker c’est aussi l’impliquer dans une sorte de crime qu’il n’a jamais commis. Qui a comparé les paroles de Redeker avec ceux de cet imam ? Sûrement pas les lâches qui ont préféré s’attaquer au condamné ...

2)La lâcheté sera le meilleur allié des terroristes

Commence une nouvelle vie pour Redeker, ou plutôt se termine à tout jamais celle d’un homme libre. La victime devient alors le coupable ...

A la lecture du journal de Redeker on comprend l’amertume de ce professeur abandonné par ses pairs au verdict islamiste.

Le Ministre de l’Education Nationale donne la direction : « un fonctionnaire doit se montrer prudent et modéré en toutes circonstances », suit alors tout une bande de manipulateurs qui va soutenir la victime « comme la corde du pendu ».

Une nébuleuse de personnages et d’organisations va trahir pour de sombres raisons les grands principes d’une démocratie libre et faire entrer l’ennemi dans les têtes... florilège :

-  la LDH parle « d’un discours haineux et de nature à porter atteinte à la paix civile »
-  le MRAP menace Redeker de poursuite devant les tribunaux
-  l’Humanité parle de lui comme d’un « réactionnaire »
-  ses collègues considèrent son article comme « scandaleux »
-  le Maire du village où réside Redeker lui reproche d’avoir « impliqué la ville »

Il y a des silences pires que des paroles, les syndicats d’enseignants choisiront d’enfermer Redeker dans un silence mortel, leur seule réaction aura été de lui offrir ce cercueil. (4)

Le degré d’infamie n’est pas le même entre la LDH, le MRAP, le ministère de l’éducation ou les syndicats d’enseignants, mais face à une condamnation à mort scandaleuse et symbolique, il y a ceux qui justifient, ceux qui relativisent et ceux qui choisissent de se taire ... en des moments aussi graves, les absences valent consentement.

Redeker n’est pas une bonne victime. Alors qu’il tente de sauver sa vie sous protection policière dans la clandestinité, que son fils se fait agresser dans la rue à cause de cet article, que ses collègues l’abandonnent, beaucoup préfèrent le maniement du « oui mais » qui a la froideur d’une lame dans le dos.

Heureusement, des hommes dignes et courageux sauront résister, de l’ami d’enfance qui réapparaît à de rares professeurs en passant par des intellectuels en petit groupe (5) quelques politiques mais aussi le MPCT ! L’honneur est là, l’avenir de notre combat aussi.

Avec la condamnation de Robert Redeker nous avons assisté à une trahison des idéaux démocratiques par nous-mêmes, le tremblement de terre n’a pas encore eu lieu mais des continents de pensée bougent de plus en plus ...

L.B.

Membre du bureau du MPCT

© mpctasso.org

(1) « IL FAUT BIEN TENTER DE VIVRE », de Robert Redeker, édition du Seuil, 12€

(2) « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? » LeFigaro 19Sept.2006

(3) http://www.iesh.org/ (voir rubrique Théologie et Fatwa)

(4) il faut néanmoins prendre acte du Communiqué de la CFDT et ses fédérations de l’Education du privé et du public (FEP et SGEN) qui dénonce les menaces de mort à l’encontre de Redeker (04/10/06)

(5) Le Monde daté du 03 Octobre 06 « Un appel en faveur de Redeker »

Mpctasso.org - © 2013 Tous droits réservés | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0